Confession d’une abonnée: Comment s’y retrouver?

Confession d’une abonnée: pendant des années, après avoir transformé mon régime en aliments complets riches en nutriments, j’utilisais encore des produits de maquillage et de soin de la peau classiques. Je mangeais sain mais ne faisais pas très attention à ce que je mettais sur ma peau. Mais lorsque je suis tombée enceinte de ma fille, je me suis soudainement davantage préoccupée des dangers potentiels qui menaçaient dans mes crèmes et rouges à lèvres.

L’ignorance était un bonheur! J’ai été choquée d’apprendre combien d’ingrédients nocifs sont dans les produits de maquillage et de soin de la peau. Et j’ai été encore plus surprise de constater que la réglementation gouvernementale dans l’industrie des cosmétiques était faible, voire inexistante.

J’ai aussi appris qu’une femme utilise en moyenne 12 produits contenant 168 ingrédients uniques chaque jour. La plupart contiennent des perturbateurs endocriniens, qui peuvent affecter l’équilibre hormonal et la fertilité. Certains contiennent des ingrédients ayant des liens évidents avec le cancer.

Nous appliquons ces produits sur notre visage et nos lèvres, nous mageons avec, nous embrassons nos enfants avec, sans oublier que tout ce qu’on applique sur la peau la pénètre et s’accumule.

Après avoir recherché les ingrédients nocifs dans les produits de soin de la peau et les produits cosmétiques et en avoir appris davantage sur les conséquences que cela pourrait avoir sur ma santé (et celle de mon enfant), je savais que je ne pouvais pas revenir aux produits conventionnels. Et je crois que plus de femmes ont besoin de connaître cette information aussi.

L’absence de réglementation est un énorme problème dans les produits de soins personnels

Vous pensez que les ingrédients aux effets nocifs prouvés sont réglementés dans les produits de soin personnel? Pensez encore. Aux États-Unis, la réglementation fédérale de l’industrie des cosmétiques est pratiquement nulle. Un produit peut aller directement de la fabrication au magasin sans aucun type d’approbation ou de test de sécurité obligatoire. La Food and Drug Administration ne réglemente que les marques erronées ou les publicités fausses sur les emballages – et non ce qui y est contenu.

Plus de 1 300 produits chimiques dont l’utilisation dans les cosmétiques est interdite dans l’Union européenne en raison de problèmes de sécurité. En comparaison, les États-Unis n’ont interdit que 11 personnes. On a de la chance d’être en france, certes, mais ça ne veut pas dire que le combat est gagné.

 

 

En juillet 2018, Johnson & Johnson a été condamnée à verser un règlement de près de 5 milliards de dollars à 22 femmes qui avaient découvert que de l’amiante dans du talc dans de la poudre pour bébé avait provoqué leur cancer de l’ovaire. Et ce n’est qu’un exemple parmi des centaines d’autres.

« Naturel » ne veut pas dire grand chose quand il s’agit de cosmétiques.
Les produits «naturels» peuvent contenir autant d’ingrédients nocifs que les produits conventionnels. Même les produits étiquetés «non parfumés» peuvent contenir des parfums. La seule façon de savoir avec certitude s’il y a des ingrédients nocifs dans vos produits de maquillage ou de soin de la peau est de lire l’étiquette.

Une autre complexité se rajouter à cela: il y a des ingrédients qui sont sans risque sur l’adulte mais peuvent nuire à la santé des enfants et bébes. Les femmes enceintes doivent aussi redoubler de vigilence.

Heureusement, il y a de plus en plus de sites internet qui permettent d’analyser les produits cosmétiques et j’étais ravie de rejoindre la communauté de testeurs de Boutchou. Enfin un outil adapté pour les plus jeunes, beaucoup plusrestrictif que ce qui existe sur le marché.